Mot de bienvenue

C’est avec un enthousiasme certain que nous inaugurons, ce 7 avril 2016, l’Observatoire national en matière de droits linguistiques, une première dans l’histoire du Québec.

Alors que d’aucuns ne doutent du caractère complexe, dynamique et empreint de nuances que présente la chose juridico-linguistique, l’image de la tour de Babel étant ici révélatrice, l’Observatoire a pour mission de démocratiser les connaissances scientifiques et autres informations afférentes au domaine en question.

D’abord dédié aux enjeux politico-juridiques concernant les minorités de langues officielles au Canada, l’Observatoire s’intéresse tout particulièrement au sort réservé aux minorités francophones hors Québec, ainsi qu’à l’interface entre l’évolution du fait français au Québec et la protection des droits traditionnels conférés à la minorité anglophone de la Belle province.

De manière parallèle, une attention marquée est accordée à la situation autochtone, et ce, pour l’ensemble du territoire canadien. S’ajoute enfin à ce qui précède une analyse des enjeux propres à diverses juridictions étrangères présentant, elles aussi, quelconques sensibilités sur le plan linguistique. À ce dernier effet, des universitaires de la Catalogne, de la Belgique, de la Suisse, du Maroc et de la Russie ont déjà confirmé leur contribution à titre de correspondants étrangers, laquelle contribution viendra, sans nul doute, optimiser le rayonnement international des travaux de l’Observatoire.

Notre plateforme technologique, hébergée auprès du Centre de recherche en droit public (CRDP) de l’Université de Montréal, a pour effet de faciliter la diffusion de l’information obtenue par l’entremise de chercheurs-étudiants, ceux-ci tâchant de répertorier les textes législatifs, décisions jurisprudentielles et autres ouvrages doctrinaux pertinents. Une veille médiatique ainsi qu’un blogue servent par ailleurs de pierre d’assise au dialogue tenu entre l’Observatoire, le milieu universitaire et la société civile.

Enfin, nous tenons à remercier deux juristes dont la réputation n’est plus à faire. D’abord, l’honorable Michel Bastarache, invité d’honneur au lancement de l’Observatoire et probablement le plus grand ambassadeur des droits linguistiques au pays. Votre caution morale nous est inestimable. Ensuite, le doyen de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, Jean-François Gaudreault-DesBiens, pour l’appui et le soutien nec plus ultra témoignés quant au présent projet. Puisse l’Observatoire surpasser les espoirs aujourd’hui fondés en lui.

 

Frédéric Bérard et Stéphane Beaulac

Codirecteurs

Observatoire national en matière de droits linguistiques

Ce contenu a été mis à jour le 19 avril 2016 à 14 h 49 min.

Commentaires

Laisser un commentaire